À propos de la CCDH

 
 
Qu'est ce que la CCDH? >
 

La Commission des citoyens pour les droits de l’homme (CCDH) a été fondée en 1969 par l’Église de Scientologie afin de procéder à des investigations, révéler les violations des droits de l’homme perpétrées par la psychiatrie et assainir le domaine de la santé mentale. Aujourd’hui, la CCDH compte plus de 130 bureaux dans 31 pays. Ses conseillers, appelés commissaires, comprennent des médecins, des artistes, des avocats, des éducateurs, des hommes d’affaires et des représentants des droits de l’homme et des droits civils.

La CCDH ne prodigue pas de conseils sur le plan médical ou juridique. En revanche, elle collabore avec des médecins. L’effort de la CCDH porte surtout sur les « diagnostics » trompeurs et subjectifs de la psychiatrie, de surcroît dépourvus de preuves scientifiques ou médicales. Sur la base de ces faux diagnostics, la psychiatrie prescrit des traitements qui détruisent des vies, parmi lesquels des psychotropes qui masquent les problèmes physiques sous-jacents et empêchent la guérison.

L’action de la CCDH respecte la Déclaration universelle des droits de l’homme, en particulier les points suivants, que la psychiatrie viole jour après jour :

Article 3 : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. »
Article 5 : « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou
dégradants. »
Article 7 : « Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une protection égale de la loi… »

Chaque jour, partout dans le monde, de faux diagnostics psychiatriques, des étiquettes stigmatisantes, des lois d’internement, ainsi que des « traitements » brutaux et dépersonnalisants plongent inutilement des milliers d’individus dans ce système coercitif. Ce système bafoue les droits de l’homme qui s’appliquent aux patients et illustre la notion même de violation des droits de l’homme.

La CCDH a inspiré et dirigé des centaines de réformes en témoignant à des audiences législatives et en organisant des audiences publiques sur les abus de la psychiatrie. Elle collabore aussi avec les médias, les organismes chargés de l’application de la loi et les officiels du monde entier.