Notre mission

Commité consultatif

Accueil> Commité consultatif

Comité consultatif de la CCDH

“Nous devrions honorer la CCDH parce qu’elle est vraiment l’organisation qui, pour la première fois dans l’histoire de l’homme, a organisé une voix significative au niveau politique, social et international pour combattre la psychiatrie. Ceci n’est jamais arrivé dans l’histoire de l’homme auparavant .” Prof. Thomas Szasz, Co-Fondateur, CCDH

Le comité des conseillers de la Commission des Citoyens des Droits de l’Homme, appelés Commissaires, inclut des médecins, avocats, éducateurs, célébrités, professionnels d’affaires ainsi que représentants des droits civiques et humains.

Leurs fonctions incluent de conseiller la CCDH selon leur capacité professionnelle, sur des questions concernant les activités de la CCDH. Elles incluent également, mais ne sont pas limitées aux aspects suivants :

∙  Des entrevues de médias , être un porte-parole sur des questions que le commissaire connaît bien concernant la psychiatrie et ses abus.

∙  Faire des représentations, visiter ou écrire aux membres du congrès, des Parlements, des législatures d'État et nationales au sujet des dossiers concernés par la CCDH.

∙  Donner un avis sur toutes les questions législatives avec lesquelles CCDH devrait être impliqué.

∙  Agir en tant que membre d’un comité dans une audience publique que la CCDH peut tenir dans un aspect particulier d'abus psychiatrique.

∙  Prêter leur nom aux publications et campagnes de la CCDH, ou fournir des citations pour celles-ci ou pour des communiqués de presse.

∙  Envoyer des recherches ou articles d'intérêt à la CCDH qui peut être distribués aux fonctionnaires, groupes ou chapitres de la CCDH.

∙  En tant que professionnels de la médecine ou chercheurs, évaluer les recherches ou les études comme les tests cliniques de médicaments psychiatriques qui peuvent ensuite être distribuées largement ou publiées.

∙  Comme plusieurs médecins incluant des médecins généraux et des pédiatres-prescrivent aujourd’hui des médicaments psychiatriques puissants et dangereux, aidé la CCDH à les éduquer qu’une analyse médicale et un traitement véritable sont nécessaire; par exemple, des tests pour les métaux lourds dans l’organisme, allergies à la nourriture ainsi que des méthodes non gênantes physiquement comme les diètes, la nutrition et faire de l’exercice, et de leur rappeler que la préservation des libertés civiles, la dignité humaine, le consentement d’un patient bien informé et le choix personnel sont critiques dans toutes pratique de la médecine.

∙ En tant qu’avocats, conseiller d’autres avocats sur comment faire des poursuites civiles (ou en faire eux-mêmes) contre des psychiatres ayant abusés des patients et comment de telles poursuites peuvent être entamées contre les associations ou collèges de psychiatres qui ont entrainé le psychiatre incriminé.

∙ Éduquer les médecins sur les lacunes scientifiques derrière les diagnostics psychiatriques et les dommages causés par le traitement psychiatrique.

∙ Assister ou conseiller à la collecte de fond, et proposer à d’autres professionnels de devenir des Commissaires de la CCDH.

En février de chaque année, CCDH International tient un souper anniversaire et un souper de remise de prix pour les droits de l’homme à Los Angeles. Dans les jours qui suivent se tient la Réunion annuelle des Commissaires pour qu’il y ait une entente sur les campagnes et les activités que la CCDH planifie de faire pour l’année à venir. Cela n’est pas obligatoire, mais c’est un moment excitant où les Commissaires et d’autres dignitaires se rencontrent pour discuter de nos activités. Les noms des Commissaires sont montrés aux quartiers généraux de la CCDH internationale à la fin de son musée, à la fine pointe de la technologie, sur l’histoire de la psychiatrie et sur leur en-tête de lettre.

Au mois de janvier 2007, les commissaires internationaux étaient : 145 commissaires