Communiqué

Vidéos

Articles

Message d'intérêt public

Interview

 
 
Média >  

Publié : (20 octobre 2006) http://www.cnw.ca/en/releases/archive/October2006/20/c3034.html

Contacter: Richer Dumais

Directeur exécutif de la CCDH Montréal

Téléphone: 514-220-8316

Est-ce que le psychologue Tzokovitch était sous l’influence d’antidépresseurs?

Face à une vague de tuerie inexplicable, la Commission des citoyens pour les droits de l’homme (CCDH) demande que l’enquête relative au psychologue Tzokovitch, qui a tué sa femme et ses deux filles, puisse déterminer si oui ou non Tzokovitch était sous l’influence de psychotropes lorsqu’il a commis les meurtres. La police a d’ailleurs déclaré avoir trouvé des antidépresseurs au domicile du psychologue.

Dans le cas de la tuerie du Collège Dawson, on se souviendra que la mère de Kimveer Gill a rapporté que son fils avait été traité pour dépression. La CCDH a d’ailleurs fait une demande au Bureau du coroner pour obtenir le rapport de tests toxicologiques effectués sur la dépouille de Kimveer Gill.

Or, le dénominateur commun le plus flagrant aux actes de tueries et de violence survenus au cours des 20 dernières années, et en apparence inexplicables, est que les meurtriers ont été pour la plupart traités avec des drogues psychiatriques, particulièrement des antidépresseurs.

L’Agence américaine de contrôle des aliments et médicaments (Food and Drug Administration) et Santé Canada ont d’ailleurs émis plusieurs mises en garde sur les dangers de ces substances qui peuvent entraîner des hallucinations, la psychose, l’agressivité, la violence et le suicide.

Sur la base de ces informations, la CCDH demande que les tests toxicologiques concernant Dragolub Tzokovitch et Kimveer Gill, soient effectués et rendus publics, mais surtout que cette procédure devienne partie intégrante du protocole d’enquête des journalistes de la police et du bureau du coroner dans les cas de tueries ou de violence extrêmes inexplicables.

La CCDH est un organisme international, sans but lucratif, établi en 1969 par l’Église de Scientologie. Elle enquête et expose les violations des droits humains dans le domaine de la santé mentale.