Communiqué

Vidéos

Articles

Message d'intérêt public

Interview

 
 
Média > articles  

Publié originellement sur www.Huffingtonpost.com

Merci Tom Cruise
Par Peter R. Breggin, M.D.

Le 25 juin 2005, Tom Cruise a fait l’impensable à la télévision. En fait, il a fait plusieurs choses « impensables » dans une entrevue avec Matt Lauer du réseau NBC pour l’émission « Today Show ». Premièrement, Tom a arrêté de sourire. Il nous a privé de ce large sourire de plusieurs millions de dollars et il est devenu sérieux. Pour une vedette, faire ça au public américain était inacceptable.

Deuxièmement, Tom a dit à Matt Lauer qu’il était très superficiel et ne savait pas de quoi il parlait. Il a aussi encouragé Matt a être « plus responsable » et d’en apprendre un peu à propos de la psychiatrie avant d’en faire la promotion. Pour une vedette, dire cela à une personnalité des médias était impensable et étant donné qu’ils sont presque tous superficiel, c’était une menace aux proportions potentiellement épidémiques. Supposons que d’autres invités commencent à indiquer que le présentateur ne sait pas ce dont il parle et qu’il est superficiel.

Troisièmement, il a parlé sérieusement à propos d’un des sujets les plus importants dans nos vies personnelles qui est ici l’utilisation répandue de médicaments psychiatriques pour résoudre nos angoisses et détresses personnelles. Tom a conclu, « Je suis un passionné de la vie ». Quiconque parle de cette manière à la télévision, à part peut-être sur le canal Catholique, est au-delà de ce qui est acceptable à la télévision; de plus, même le canal Catholique ne critique pas la psychiatrie.

Quatrièmement, il a critiqué la psychiatrie et attiré l’attention sur ses défauts et échecs réels. Je soupçonne en fait qu’il a lu mon livre, Toxic Psychiatry. Tom a dit que la psychiatrie avait un long historique d’abus, incluant l’électrochoc. Il a dit, « Le déséquilibre chimique n’existe pas ». Il a dit que les antidépresseurs peuvent seulement « masquer le problème » et que « ces médicaments sont très dangereux ». Il a dit de la psychiatrie qu’elle était une « pseudoscience » et a suggéré qu’il y avait de meilleurs approches. Il avait raison à propos de tout cela.

Quelques jours plus tard, NBC m’a invité à New York en tant qu’expert psychiatrique pour discuter de l’affaire Tom Cruise au « Today Show », et quand je me suis mis à dire qu’il semblait que Tom avait fait des études sérieuses à propos de la psychiatrie, j’ai été coupé, encore et encore, pendant toute la durée du programme.

Pourquoi les medias ont-ils été à la fois attirés et choqués par cette affaire? C’était une trop bonne histoire pour simplement tout ignorer : « Tom Cruise perds le contrôle » était le thème de l’émission. Ça aurait dû être, « Tom Cruise parle sérieusement ».

Les medias ont préféré attaquer Tom sur la base qu’il était scientologue. Les scientologues semblent partager avec moi plusieurs point de vues sur la psychiatrie, incluant tout ce que Tom a dit. En fait, j’irais plus loin. La psychiatrie biologique moderne est une religion matérialiste déguisée en science.
Les médias ont continué à insinuer que le problème était la croyance de Tom en la scientologie, mais il ne voulait pas l’exprimer clairement. À un certain degré, ce n’est pas bien vue de critiquer la religion de quelqu’un, particulièrement quand des gens comme Tom Cruise et John Travolta en sont membre. Mais là n’était pas le problème. Les médias ont peur de la scientologie parce que la religion a été extrêmement agressive envers les critiques venant des médias, souvent en les poursuivant, ou en menaçant de les poursuivre, pour diffamation et calomnie.

J’ai été aussi invité au talk-show de Donny Deutche à la CNBC. Cette fois-ci je suis resté à Ithaca, New York, à quelque pas de mon bureau dans un studio de télévision moderne. Ils m’ont laissé attendre devant la caméra en direct pendant une heure et demie pour pouvoir dire un mot pendant que je regardais Tom se faire condamner sévèrement. Bien que je pouvais voir l’émission sur le moniteur pendant tout ce temps en attendant de dire mon opinion, ils ont décidé de ne pas me laisser parler et je n’ai rien pu dire pour défendre Tom ou pour critiquer la psychiatrie biologique, les médicaments psychiatriques ou l’électrochoc. Être assis aussi longtemps sans broncher en anticipant d’apparaître devant des millions de téléspectateurs était difficile, mais écouter Donny était bien pire.

Pendant que j’écoutais, bien assis, l’émission de CNBC à laquelle je n’ai jamais été présenté, j’ai senti un mélange d’outrage et de tristesse. Un outrage du fait que le présentateur de l’émission, Donny Deutche, se vantait de son travail en publicité où il a aidé à produire les annonces à la télévision de Zoloft avec leurs astucieuses petites faces rebondissantes qui ont rendu les antidépresseurs tellement plus «accessible», selon ses mots, à des millions d’américains. Donny se vantait d’une fraude réelle—annonces qui suggéraient faussement que Zoloft corrige le déséquilibre biochimique en n’incluant pas l’avertissement que le médicament cause la manie, pour ne pas mentionner la psychose, la violence et le suicide.

Évidemment, je ne sais rien de Jane Pauley mis à part ce qu’elle nous a dit et elle ne fait pas réellement partie du sujet. Les départements de marketing recrutent activement des célébrités pour faire la promotion de traitements psychiatriques et médicaux. Je sais que souvent les psychiatres mentent aux patients pour se protéger eux-mêmes ainsi que leurs médicaments. Mes collègues mentent en disant que les antidépresseurs ne font que «faire ressortir» leur manie, psychose, violence ou dépression au lieu de dire que le médicaments a causé ces réactions sur l’innocente victime. Jane Pauley pense qu’elle est une victime du désordre bipolaire, mais elle me semble être plus une victime de la psychiatrie.

Ce n’est pas une petite affaire que d’informer faussement une personne du fait que leur manie provoquée par le médicament démontre qu’elle a un désordre de type bipolaire. Cela résulte en un diagnostique faux et en une étiquette stigmatisante (désordre bipolaire ou maniaco-dépressif) qui suit la personne pour le restant de sa vie. Cela mène à de la médication additionnelle incluant souvent des médicaments antipsychotiques comme Zyprexa et Risperdal qui peuvent causer un diabète mortel, une pancréatite ou la dyskinésie tardive; un désordre neurologique caractérisé par des mouvements anormaux et étranges, et qui peuvent potentiellement défigurer ou rendre infirme un individu.
Non, je ne suis pas un scientologue. À part lorsqu’ils me disent allo dans des conférences, j’ai rarement parlé à un scientologue en plus de trente ans. Mais quand j’ai vu la bravoure de Tom sortir de derrière son merveilleux sourire, j’ai voulu aider et j’ai été clair sur le fait que je voulais le défendre. Eh bien, Tom, tu as dit à la télévision des choses que j’ai répétées dans les médias, dans mes livres et dans des articles scientifiques depuis trois décennies—mais bon dieu comme tu as généré de l’attention sur cette affaire! Merci!