Communiqué

Vidéos

Articles

Message d'intérêt public

Interview

 
 
Média >  

Contraindre un enfant à prendre un psychotrope
devrait être explicitement défendu par la loi!

Bonjour,

La Commission des citoyens pour les droits de l’homme est un organisme international de surveillance et de protection des droits de l'homme dans le domaine de la santé mentale. Notre mandat principal est d’enquêter et de dénoncer les abus dans ce domaine.

Actuellement, au Québec, il est courant que des enfants soient contraints de consommer des drogues psychiatriques au nom d’une prétendue maladie mentale appelée « trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité » (TDAH). Dans certains cas, on interdit même à l’enfant d’aller à l’école s’il ne se conforme pas au diagnostic et s’il ne suit pas la prescription de psychotropes (ex. Ritalin, Adderal, Stattera) aux effets secondaires dangereux.

Il est important de savoir qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune preuve scientifique quant à l’existence de cette supposée maladie mentale. L’Association psychiatrique américaine (APA) avoue dans son DSM IV (l’ouvrage répertoriant les divers troubles mentaux), qu’il n’existe aucun test biochimique ou neurologique prouvant l’existence de la « maladie » dont le diagnostic repose entièrement sur des critères subjectifs. De plus, en juillet dernier, Steven Sharfstein, président de l’APA, a admis l’inexistence d’un test pour déterminer la présence d’un déséquilibre chimique du cerveau prouvant la maladie mentale et justifiant l’usage de psychotropes. Pourtant, les psychiatres prêchent depuis des années la théorie du déséquilibre chimique du cerveau pour convaincre les autorités, les médecins, les enseignants et les éducateurs spécialisés de l’existence du TDAH et de l’importance de prescrire et consommer des drogues psychiatriques aux effets secondaires dangereux pour en « guérir ». S’agirait-il plutôt d’une vaste supercherie consistant à faire passer pour maladie ce qui n'est qu'un ensemble de symptômes comportementaux, le tout pour justifier la vente de psychotropes à coup de milliards de dollars?

Aider nous à faire respecter les droits et libertés dans le domaine de la santé mentale. Si vous êtes victime de pressions pour tenter de vous convaincre que votre enfant est hyperactif et qu’il devrait absolument prendre de la « médication », contactez-nous au (514) 527-0874. Nous nous ferons un plaisir de vous aider. Nous sommes également intéressés par toutes les formes d’abus dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale, que ce soit par exemple l’usage de contrainte, contention physique ou chimique, ou de traitement forcé, menace, harcèlement, abus sexuel, blessure et autres types d’atteintes à vos droits et libertés ou à votre intégrité physique ou mentale. Tous les appels demeureront strictement confidentiels.

Commission des citoyens pour les droits de l’homme